Café de la Création le 4 avril à Anglet

Avec le Crédit Agricole, nous organisons le mardi 04 avril prochain les “Cafés de la Création” à Anglet (Hôtel NOVOTEL – 68 avenue d’Espagne – 64600 ANGLET) à partir de 18h30.

 

L’objectif est d’organiser un lieu de rencontre dans un cadre convivial, entre des porteurs de projets professionnels qui ont une idée pour entreprendre (avancée ou non) et des professionnels de l’accompagnement d’entreprises.

 

Autour d’un buffet, vous rencontrerez des chefs d’entreprises, des experts dans tous les domaines de la création (juridique, web, financier, comptable, social, développeur économique) qui écouteront et apporteront avec bienveillance leur regard sur les projets présentés.

 

Ces rencontres vous permettront d’y voir plus clair dans vos projets et d’accélérer la concrétisation de vos idées.

 

Pour en savoir plus, consultez le film de présentation réalisé l’an dernier au café de la création d’Orthez

 

Et pour vous inscrire, cliquez ici : http://www.cafesdelacreation.fr/evenement/263/cafes-de-la-creation-a-anglet

 

Au plaisir de vous rencontrer sur cet événement,

C'est la rentrée

Jeudis de la Création – Reprise – Développement entreprises

JCRD – Jeudi 23 février 2017

Les causes de la réussite de la création, de la reprise ou du développement des entreprises.

“Save the date”

Les causes de la réussite de la création, de la reprise ou du développement des entreprises.

– Présentation du Créa par Christian.Pelloit
– Introduction de la thèmatique
– Comment préparer un prévisionnel par Jean Lissarrague
– Comment aborder l’étude de marché par Maurice Zaoui
– Comment aborder la relation avec les partenaires par Pascale Jorajuria

– Questions ?
– Présentation par les porteurs de projets présents (picht de 5 minutes)
– speedmeeting par table avec les spécialistes.

Lieu – Date – Horaires :

Maison des associations de Bayonne – 11, allée de Glain – 64100 BAYONNE

23/02/2017 – 18 heures 30

Le CREA à PAU

L’association CREA – le club des Créateurs, des Repreneurs Entreprises Aquitains va créer une antenne sur PAU.

Le CREA œuvre depuis 1993 en faveur du développement du territoire, de la création, de la reprise et du développement des entreprises.

Sur ces trois axes, l’association organise les jeudis de la création, de la reprise et du développement qui ont lieu une fois par mois. Les porteurs de projets sont accompagnés durant la phase de démarrage par des référents.
Le CREA organise une réunion publique à 18 heures 30 le mardi 31 janvier 2017 à l’ESC (Ecole Supérieure de Commerce) – 3 Rue Saint-John Perse, 64000 Pau.
Au cours de cette réunion les intervenants expliqueront les objectifs et les projets de l’association pour 2017.
Cette manifestation est ouverte à toute personne intéressée.

Le Président, Christian PELLOIT.

Contact et renseignements : +33 (0) 564 11 52 36 ou Contacter le Club CREA Aquitaine

Apéro entrepreneurs Garazi

SAINT JEAN PIED DE PORT – 12/01/2017

Le Club des Créateurs et Repreneurs d’Entreprises Aquitains (CLUB CREA) était présent au premier “Apéro Entrepreneurs” du pays basque intérieur. Ce moment convivial d’échanges et de partages entre chefs d’entreprises des Communautés de Communes de Garazi-Baigorry et Hasparren s’est déroulé dans le nouveau concept du bar-restaurant “Le chaudron” à SAINT JEAN PIED DE PORT.

Tant bien même que les différents “j’y vais de facebook” ne sont pas venus, nous avons passé une soirée riche de discussion autour d’un sujet qui préocupe nos chefs d’entreprise du pays basque. A savoir, le développement et la diffusion.

Le Club CREA intervient justement dans ce domaine dans l’ensemble du département des Pyrénées-atlantiques.

La devise ” Savoir tirer partie des compétences de chacun pour être les meilleurs”

crea aquitaine gouju

Le mot de Joel Paquerau à l’occasion de la soirée Inter-réseaux du 24 nov. à la CCI de Bayonne

joel-paquereau

           Joël Paquereau, Pdt

” – Savez-vous pourquoi certains sportifs se retrouvent médaillés sur un podium alors que d’autres restent toute leur vie dans l’ombre?

– Savez-vous pourquoi des personnes, comme vous et moi, réussissent dans leur projet alors que d’autres échouent ?

– Comment se fait-il que des porteurs de projets voient leur entreprise prospérer pendant que d’autres sont en situation d’échec ?

Il y a de nombreuses personnes ici ce soir qui sont très qualifiées pour nous donner des réponses pertinentes et je n’ai pas le temps de faire la check-list, mais laissez-moi vous donner une clé qui entrouvre la voie d’une réussite possible pour chacun.

Je souhaite partager avec vous le point commun entre un sportif gagnant, un(e) Winner ou bien un porteur de projet qui est sur la voie du succès.

Car ce n’est n’est pas seulement l’énergie qu’il-elle dépense pour atteindre son but, ce n’est pas seulement le temps passé, ce n’est pas non plus le montant de ses investissements ou que sais-je encore…

Franck Piccard, le champion olympique de SKI a déclaré: “La réussite appartient à tout le monde mais c’est au travail d’équipe qu’en revient le mérite.”

Il y a là une analogie avec ce qui nous anime au sein de notre Association, le Club CREA Aquitain.

Car aucun d’entre nous n’est plus intelligent que l’ensemble d’entre nous et aucun de nous ne sait ce que nous savons tous, ensemble.

Pour se qualifier et monter sur le podium, la bonne volonté du sportif, ses connaissances, sa technicité et sa motivation ne suffisent pas.

La personne qui réussit est celle qui aura été capable de s’entourer des bonnes compétences, celle pour qui un expert aura identifié le maillon faible de sa chaine de réussite pour le consolider.

Seul, il risque l’épuisement, il court à l’échec.

Les bénévoles du Club CREA nous permettent de proposer aux porteurs de projets et aux entreprises en développement une expertise dans les domaines de compétences tels que le marketing, la finance, la gestion, le commercial, le juridique…
et aussi de proposer des micro-crédits grâce à notre partenaire bancaire.
Nous sommes aussi en marche pour le prochain Networking transfrontalier en mai à Bilbao.

Nous sommes, en complément et dans la continuité d’autres acteurs de la création d’entreprise, un nouveau regard sur les projets afin que les personnes qui les portent puissent monter sur la plus haute marche du podium de la réussite qui est la leur.

Madame, Monsieur, je vous souhaite la réussite dans vos entreprises et vos projets.

Vous savez maintenant que l’important est de ne pas rester seul(e), de ne pas rester isolé(e), qu’il est indispensable d’être bien entouré(e) et accompagné(e) et plus spécialement si vous avez un projet de création ou de reprise d’entreprise !

Bienvenue au Club CREA

Je vous remercie de votre écoute.”

Joël Paquereau, Bayonne,24-11-2016

Networking transfrontalier

logo networking_transfrontalier_logo_web_fr

ban-networking_transfrontalier_cover_fbk

Le Networking transfrontalier est présent sur les réseaux sociaux:

Facebook: https://www.facebook.com/transfrontalier/?fref=ts

Linked In: https://fr.linkedin.com/in/networking-transfrontalier

Découvrir le statut d’EIRL

La LOI du 17 JUIN 2010, entrée en vigueur le 1er janvier 2011 :

Ce texte met en place le statut E.I.R.L et l’A.E.R.L (Auto-Entreprise à Responsabilité Limitée (les seuils de CA passent de 32 600 € à 81 500 €).

A qui est ouvert l’EIRL ?

A tout entrepreneur individuel, créateur ou qui exerce déjà une activité commerciale, artisanale, libérale ou agricole, quel que soit son chiffre d’affaires.
Exemple
 : les auto-entrepreneurs peuvent recourir à l’EIRL, au même titre que les entrepreneurs individuels. Sont exclus les personnes exerçant leur activité sous forme de société.

Les avantages de ce nouveau statut ?

  • la protection du Patrimoine :  L’entrepreneur individuel n’est pas tenu de créer une société pour protéger le patrimoine de sa famille
  • L’esprit d’entreprise est encouragé, en évitant que la faillite d’une entreprise soit synonyme de ruine personnelle et familiale.

Comment créer l’EIRL ?

Pour les personnes déjà inscrites en entreprise individuelle ou auto entreprise, il convient d’effectuer une déclaration d’affectation auprès du registre du commerce et des sociétés auquel vous êtes immatriculé si vous exercez déjà une activité commerciale ou du répertoire des métiers pour les artisans, directement au Greffe du Tribunal de Commerce si vous exercez une activité libérale, à la Chambre d’Agriculture si vous êtes agriculteurs.

Des formalités simplifiées :

Il faut se déclarer sur internet :
www.guichet-entreprises.fr

La déclaration d’affectation comporte :

  • La liste du patrimoine que l’entrepreneur affecte à son activité professionnelle (biens, immobilisations – matériel – mobilier – outillage, …)
  • Tous les biens nécessaires à l’activité professionnelle (par ex : le fonds de commerce – un brevet.
  • Un modèle de déclaration d’affectation sera mis à la disposition des entrepreneurs au lieu de son dépôt.

Existe-t-il des formalités supplémentaires ?

Oui, mais uniquement si vous affectez au patrimoine professionnel certains types de biens :

  • Un bien immobilier, (publicité foncière à faire par un notaire)
  • Un bien d’une valeur supérieur à 30 000 € (évaluation à faire par un commissaire aux comptes, expert-comptable, association de gestion et de comptabilité)
  • Un bien commun indivis : il faut l’accord du conjoint pour l’affecter ou des co indivisaires (un modèle est à votre disposition au Greffe)

Quel est l’impact sur les créanciers ?

La séparation du patrimoine par l’EIRL produit les effets suivants :

  • Protection des biens personnels
  • Seul le patrimoine affecté est saisi en cas de mauvaise affaire.

ATTENTION : La séparation du patrimoine ne produit d’effet qu’à l’égard des créanciers dont les droits sont nés après le dépôt de la déclaration d’affectation

Quelles sont les obligations comptables de l’EIRL ?

C’est la règle qui s’applique aux commerçants. Si vous êtes auto-entrepreneur, vous êtes tenu à des obligations comptables simplifiées.

Quel est le régime fiscal de l’EIRL ?

Le régime fiscal de l’EIRL reprend celui de l’EURL.

Deux choix sont possibles :

  • L’impôt sur le revenu s’applique selon la catégorie (BIC – BNC – BA),
  • Sur option, le régime fiscal des sociétés, impôt sur les sociétés (c’est-à-dire sur le bénéfice réalisé : 15% jusqu’à 38 120 € et 33,33% au-delà).

ATTENTION : l’auto-entrepreneur ne peut pas opter pour l’impôt sur les sociétés car il relève du régime fiscal de la micro-entreprise

Quel est le régime social de l’EIRL :

Il varie suivant le choix fiscal :

  • Pour les personnes assujetties à l’impôt sur le revenu, les cotisations sociales sont dues sur le bénéfice.
  • Si vous avez optez pour l’impôt sur les sociétés, les cotisations et contributions sociales sont dues sur votre rémunération et les bénéfices que vous vous distribuez sont soumis à cotisations et contributions sociales pour leur part qui dépasse 10 % du bénéfice si le montant est supérieur.

Et pour l’EIRL en difficulté ?

L’adaptation du Code de commerce est en cours, mais l’EIRL pourra bénéficier de l’ensemble des procédures relatives aux difficultés des entreprises et de la procédure de surendettement des particuliers pour le patrimoine non affecté.

Créateurs, repreneurs, êtes vous prêts ?

Votre situation est-elle compatible avec une création d’entreprise ?
Savez-vous quelles sont les choses à faire et les erreurs à éviter en cas de reprise d’une activité ?
Découvrez ces quelques conseils pour en savoir plus…

Créateurs, posez-vous les bonnes questions ?

Suis-je capable de prendre des décisions, d’endosser des responsabilités ?
Recruter un comptable, augmenter un prix ; changer de fournisseur… Quels que soient les avis que vous recueillerez, c’est toujours à vous que reviendra la décision finale, dont vous assumerez seul la responsabilité… et toutes les conséquences…

Suis-je prêt à faire face seul à l’adversité ?
Vous aurez en main tous les leviers ? Corollaire : tous les problèmes de votre entreprise seront les vôtres. Vous serez concerné par l’ensemble de ses processus et en cas de défaillance, vous pourrez avoir à compenser personnellement celle-ci. Votre implication devra être totale.

Suis-je en mesure de cumuler ma fonction de dirigeant avec un ou plusieurs métiers ?
Surtout au début de votre activité, vous devrez peut être assurer plusieurs fonctions : commerciale, production, gestion… Êtes-vous capable d’être le premier commercial de votre entreprise ? Saurez-vous vous entourer de collaborateurs plus experts que vous dans leur domaine tout en continuant à les encadrer en fonction d’objectifs précis ?

Quels sont mes moyens financiers ?
Disposez-vous d’un capital personnel ? Vous allez devoir investir dans des outils, de l’équipement mais également disposer d’un fond de roulement. Investir, c’est aussi accepter les premiers temps de se rémunérer en deçà du salaire précédent.

Pourrai-je disposer du temps nécessaire pour finaliser mon projet ?
Une étude approfondie de votre projet sera nécessaire avant la création de votre entreprise. Elle peut prendre plusieurs mois et vous devrez lui consacrer de nombreuses heures…

Ma famille est-elle prête à me soutenir ?
Avec une charge de travail accrue et des responsabilités absorbantes, vous serez moins disponible pour votre famille. Êtes-vous certain(e) d’obtenir l’adhésion et la solidarité de vos proches ? Saurez-vous les ménager en ne projetant pas des inquiétudes qui ne feraient que déstabiliser l’ensemble du foyer ?

Ai-je un bon projet ?
Votre projet se démarque-t-il suffisamment de ce qui se fait déjà ? Êtes-vous capable d’apporter des services supplémentaires ? Par exemple, si vous souhaitez créer une entreprise de garde d’animaux, que pourriez-vous proposer comme service supplémentaire ? Les conduire chez le vétérinaire pour leurs vaccins ? Assurer leur toilettage ? Êtes-vous capable de résumer la particularité de votre offre en une phrase pour vous assurer qu’elle est claire et « vendeuse » ?

Mon projet est-il en adéquation avec mes compétences ?
Si vous n’exerciez pas déjà un métier dans le domaine d’activité où vous projetez de créer une entreprise, avez-vous envisagé de reprendre une société déjà installée ou d’intégrer un réseau de franchise afin de bénéficier d’un accompagnement et d’un transfert de compétences adaptés ?

Repreneurs… Les choses à faire et les pièges à éviter.

Ce qu’il faut faire

  • Abandonner une mentalité de salarié qui souhaite se « reclasser », se « repositionner », et adoptez l’attitude proactive d’un entrepreneur !
  • Privilégiez un domaine d’activités que vous connaissez et que vous aimez.
  • Choisissez votre entreprise-cible par rapport à vos attentes, vos compétences et en fonction de vos capacités financières.
  • Ne vous découragez pas trop rapidement. Vous devrez étudier plusieurs projets de reprise avant d’aboutir. Entre le premier contact et la signature de l’acte, il pourra s’écouler en 3 et 18 mois.
  • Effectuez le diagnostic financier, fiscal, social, de l’entreprise cible. Le prix d’achat et ses conditions en dépendent, ainsi que la viabilité de votre projet à moyen et long terme.
  • Entourez-vous de conseillers lors des différentes étapes de votre projet.
  • Recueillez l’adhésion de votre entourage à votre projet
  • Comblez vos lacunes éventuelles (en gestion, en informatique…) par une formation avant la reprise
  • Nouez des relations de confiance avec le cédant. Rassurez-le sur vos motivations, œuvrez à le convaincre que vous êtes le repreneur idéal.
  • Adhérez à un club ou une association pour rompre la solitude du repreneur

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Racheter une entreprise en difficultés en croyant investir moins ; il vous faudra réinjecter des capitaux pour redresser l’affaire.
  • Mettre tous vos fonds disponibles dans la reprise du capital. Gardez-en pour la suite !
  • Reprendre dans un secteur totalement méconnu de vous.
  • Négliger les difficultés d’implantation dans une région nouvelle
  • Vouloir aller trop vite
  • Se limiter à un audit incomplet de l’entreprise à reprendre en espérant faire des économies
  • Ignorer la culture de l’entreprise, ou pire : critiquer ouvertement le mode de gestion et de management du cédant.